Ceva contribue à harmoniser les relations entre les hommes et les animaux, petits et grands, domestiques ou sauvages

Depuis près de 20 ans, Ceva fait figure de pionnier dans le domaine de la prévention et du traitement des troubles comportementaux des chiens et des chats.

Nos produits, Feliway® et Adaptil®, à base d’analogues synthétiques de phéromones naturelles, ont prouvé leur efficacité, pour créer un climat de vie harmonieux entre les propriétaires et leurs animaux de compagnie. Aujourd’hui, Ceva élargit son offre en lançant

Feliscratch® est une solution inédite qui aide à résoudre les problèmes de griffades des chats dans les maisons. Sa formule unique, à base de phéromones félines, aide à rediriger les griffades sur un endroit choisi comme un griffoir ou un arbre à chat, pour ne citer que ces exemples.

Mais fortes de leurs expériences sur le segment du comportement, les équipes de Ceva, qui ont fait du bien-être animal un enjeu majeur, ont commencé à tourner leur attention et leur expertise vers les animaux sauvages vivant en captivité.

Faire ses griffes est un comportement naturel pour le chat. Le chat est un animal territorialisé qui a besoin de marquer son territoire.
En griffant des meubles, des arbres, ou autres, le chat dépose des phéromones sécurisantes.

Ce geste a aussi d’autres fonctions, comme celle de lui permettre de remplacer les griffes mortes par de nouvelles plus acérées, plus aiguisées et donc plus performantes. C’est également un mouvement de détente : le chat s’allonge de tout son long, étirant sa colonne vertébrale…

Vu du côté du propriétaire ce geste n’est pas sans poser de problèmes. Des enquêtes révèlent que plus de 80 % des foyers accueillant des chats se plaignent des problèmes de griffures sur les meubles. C’est pour ces raisons que Ceva a lancé Feliscratch®. Ce nouveau produit contient un analogue synthétique, de la phéromone que les chats laissent naturellement sur les objets qu’ils griffent, ainsi qu’un peu d’herbe à chat très prisée. Placé sur un griffoir, Feliscratch® concentre l’attention du chat sur cet objet, épargnant ainsi les meubles et permettant aux propriétaires de chats de vivre en plus grande harmonie avec leurs animaux.

Ceva a aussi déployé son expertise en comportement en direction des animaux sauvages et/ou en voie de disparition qui vivent dans des zoos et connaissent des situations stressantes. C’est ainsi que Feliway® Classic et Feliway® Friends ont été utilisés avec succès dans des zoos qui hébergent des grands félins. Une étude approfondie récente sur des lions en captivité à Madrid a dévoilé que l’usage de nos produits augmentait leur temps de jeu et de socialisation, en les rendant plus actifs. D’une manière générale, ces produits ont un effet positif sur le comportement des lions et ont contribué à l’amélioration de leur bien-être.

Dans cette optique, Ceva est fier de soutenir, depuis 2008, la World Wildlife Library of Pheromones and Semiochemicals (WWLPS), créée par l’Institut de Recherche en Sémiochimie et Ethologie appliquée (IRSEA), basé à Apt. La collaboration de Ceva avec cet institut a permis d’introduire l’usage de phéromones dans de nombreux projets, comme l’explique le Dr. Patrick Pageat, Directeur de l’IRSEA, à qui nous devons beaucoup dans le domaine du comportement:

La WWLPS est née d’un rêve. Mais grâce au soutien de Ceva, notre partenaire industriel de longue date, ce rêve incroyable est devenu réalité en 2008. Depuis, nous avons pu soutenir les défenseurs de nombreuses espèces en voie de disparition telles que les lions, tigres, hyènes, loups, ours, zèbres, éléphants ou chevaux de Przewalski

Un bon exemple de l’intervention de la WWLP fut l’accompagnement d’une éléphante de 28 ans, orpheline, qui a été élevée par des hommes. Elle avait des difficultés à s’intégrer dans un groupe en captivité et avait tendance à s’isoler. Le WWLPS a introduit des phéromones « sur-mesure », qui ont réduit les agressions au sein du groupe et ont permis à l’éléphante perturbée de vivre sereinement sa sociabilité avec ses congénères.

Le recours à des phéromones équines a également permis à des chevaux de Przewalski élevés en captivité, après la disparition de leur espèce à l’état sauvage dans les années 60, d’être réintroduits dans leur milieu naturel, la Mongolie.
Les phéromones les ont aidés à s’adapter à leur nouvel environnement et à recréer une population sauvage en bonne santé.

De belles histoires qui illustrent bien la phrase de Lamartine :

On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal. On a du cœur ou on en n’a pas ». 

Plus d'articles
Ceva Australie envisage d’élargir son partenariat avec Assistance Dogs Australia
  • Nous utilisons des cookies sur notre site web

    "Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement.