Black-browed Albatross, West Point, Falkland Islands

Préservation de l’albatros de l’île d’Amsterdams

Depuis 2013 Ceva Biovac participe, aux côtés d’autres scientifiques de plusieurs instituts, à une étude visant à préserver les albatros de l’île d’Amsterdam.

L’île Amsterdam est une très petite île française d’environ 55 km2 située dans les eaux subantarctiques.

Sur cette île vit une population d’albatros à bec jaune qui est de plusieurs dizaines de milliers de couples. Dans cette population il y a une mortalité massive et récurrente des poussins d’albatros à bec jaune qui est due au choléra aviaire dont l’agent causal est la bactérie appelée Pasteurella multocida. Cette bactérie pathogène a été très probablement introduite accidentellement sur l’île par l’homme.

L’île d’Amsterdam accueille aussi une autre espèce d’albatros. Il s’agit de l’albatros de l’île d’Amsterdam dont la totalité de la population mondiale habite cette île et dont le nombre se monte à 31 couples nicheurs (tous les oiseaux ont été bagués). Cette espèce est considérée par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) comme gravement menacée d’extinction !

Cette étude est menée depuis 2013 sur l’albatros à bec jaune avec des vaccinations et des prélèvements dans la perspective de trouver des moyens efficaces de protéger par la suite l’albatros de l’île d’Amsterdam. Ainsi des campagnes de vaccination avec différents autovaccins expérimentaux, fabriqués sous la direction du service R&D de Biovac, ont été réalisées sur des poussins en décembre 2013, 2014, 2015 et 2016.

Des anticorps protecteurs

Les prélèvements réalisés sur les oiseaux autovaccinés ont permis de mettre en évidence des anticorps qui semblent être extrêmement protecteurs puisque les poussins vaccinés en décembre 2015 ont vu leur mortalité diminuer d’un facteur 2,57 en comparaison des poussins « contrôles » non vaccinés. L’extrême virulence de l’épidémie de choléra aviaire a pratiquement anéanti la population des poussins durant le premier trimestre 2016 et l’autovaccination semble être une solution de choix pour lutter contre cette maladie.

Par ailleurs la recherche d’anticorps a été réalisée également à Ceva Biovac grâce à une technique développée en R&D, technique appelée Séropast, qui est en mesure de s’affranchir des barrières d’espèces animales et qui est spécifique à l’espèce bactérienne Pasteurella multocida.

Cette étude collaborative va se poursuivre dans les prochaines années afin d’atteindre le but ultime qui est de sauver de l’extinction l’albatros de l’île d’Amsterdam !

En fin d’année 2018 une nouvelle campagne de prélèvements sur des animaux de l’Ile d’Amsterdam (oiseaux, rats,...) sera réalisée par le CEFE/CNRS pour récupérer des souches bactériennes et avoir une nouvelle vision de la pression des pathogènes.
Plus d'articles
Indic@Vet : un nouvel outil pour réduire le recours aux antibiotiques dans les filières porcine et avicoles
  • Nous utilisons des cookies sur notre site web

    "Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement.